LA CRISE A L’UMP :UNE CONSEQUENCE DU « SARKOZISME » !
Source : Telediaspora.net : Dernière Mise à jour : 24/11/2012
Lu : 487 fois
Les théories s’énoncent généralement à la suite d’un constat, au détour d’une observation soutenue de faits et situations. En observant, ne serait-ce que ces vingt dernières années, la vie politique en France, on n’est pas loin de constater qu’il y a eu une forte influence de Monsieur Nicolas Sarkozy dans la gestion politique de ce pays. De fait, depuis la campagne pour la présidence de la république de Monsieur Edouard Balladur, jusqu’aux crimes en Côte d’Ivoire et en Lybie, la main de Nicolas Sarkozy s’est trouvée présente, pour conduire tous les trafiques assaisonnés de fraude, de mensonge, de manipulation, de crime ! Certes, tout cela a peut-être existé dans la politique de la France, avant l’avènement de Sarkozy ! Mais, force est de reconnaître que cet homme aura donné à toutes les tares de la politique française de se multiplier et de s’aggraver ! Car le sieur Sarkozy semble avoir une moralité de  voyou, la moralité d’une personne dont la formation de la personnalité, dans l’enfance et l’adolescence, n’a pas bénéficié de ce suivi permanent et pertinent, qui impose des interdits et dispose à respecter ou à se soumettre à ce qui est juste, honnête, loyal, disons, bien ou moral, ce qui est conforme à la norme admise par tous !
Ainsi, avec Sarkozy, la campagne de M. Balladur se retrouva avec un problème de financement frauduleux que la Justice française n’en finit pas d’élucider. Et on peut se demander si le passage de Sarkozy au ministère du Budget finira un jour de clarifier définitivement les affaires de commissions douteuses. Ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy n’hésita pas à stigmatiser les Français, qualifiant les gens des banlieues de « racaille » ! Les affaires de financements frauduleux dans sa campagne pour la présidence en 2007, l’argent des Betencourt, celui de Kadhafi, et de ceux qu’on n’a pas encore découverts, pour la dernière campagne de 2012, tout cela montre bien que l’homme est abonné au non respect de la norme, à fouler au pied les  interdits, à s’adonner sans hésiter à la tricherie, au faux !    Président de la république, il appela « pauvr con », en public et devant cameras, un compatriote qui voulut simplement communiquer avec lui. Et il a fallu un tel homme pour réussir le coup maffieux d’emballer ce qu’on appelle aujourd’hui «  la communauté internationale », par des mensonges éhontés, dans des crimes sans nom en Côte d’Ivoire et en Lybie ! En Côte d’ivoire, il abusa même de l’ONU, en brandissant une interprétation malhonnête d’une résolution de cette institution, pour bombarder le pays ! Puis il imposa un résultat électoral totalement faux au monde entier et aux Ivoiriens, en donnant des ordres déplacés (excisez du peu) à Bakayoko, le président corrompu de la commission chargée des élections, pour ensuite, avec la manipulation diplomatique, déporter le président Gbagbo, l’élu des Ivoiriens, à la CPI !... Nicolas Sarkozy apparaît comme un personnage qui ne laisse aucune chance à ce qui est juste, bien ou honnête, si cela l’empêche d’atteindre un objectif ! C’est cela que nous appelons le « sarkozisme ! Un ensemble de comportement dont le credo semble être le « tous les coups sont permis ».  Ayant réussi à se positionner comme le champion, disons «le  messie », de sa formation politique, l’UMP, il aura imprimé à cette formation sa personnalité de tricheur, de fraudeur et de manipulateur sans vergogne!
Aujourd’hui, l’UMP se retrouve à l’épreuve des pratiques que son champion a cultivées toute sa vie : tricher, mentir, manipuler l’opinion pour flouer les adversaires et imposer un résultat faux, ce sont là des pratiques du sarkozisme ! Tant que ces pratiques ne nuisaient qu’aux autres, les militants de son parti étaient contents de se tenir en rang serré derrière leur mentor. Le fait est que dans une assemblée de sorciers, ou dans un conteste de maffia, tout le monde se connaît, et le sorcier ou le maffieux qui se croit à l’abri des regards des autres se retrouve toujours comme le nageur de brasse qui pense qu’on ne voit son dos. C’est pourquoi les sorciers comme les maffiosi sont attachés à la loi du silence ! Les militants de l’UMP qui se retrouvent aujourd’hui victimes des pratiques du sarkozisme n’ont qu’à « attraper leur cœur ». C’est ainsi que se traduit chez nous l’expression «  faire contre mauvaise fortune bon cœur ! » C’est « leur propre couteau qui les aura blessés », pour parler comme les Dozos, ces chasseurs du nord dont le sarkozisme a fait les troupes d’élites da l’armée de Côte d’Ivoire. Quant à nous, Ivoiriens, victime du mentor de l’UMP, il y a longtemps que nous prenons notre mal en patience, et  nous espérons simplement que les militants de l’UMP  auront compris que ça n’arrive pas qu’aux autres ! La France entière doit d’ailleurs s’attendre aux effets néfastes du sarkozisme, qui finiront bien par l’atteindre ! Absolument !
Dieu nous protège et nous délivre des forces du mal !
BEDI HOLY
Enseignant

 





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>