Le Republicain ( Quotidien malien ) à propos des élections à l'UMP : "De quoi je me mêle / C’est Choi qu’il leur faut pas Juppé "
Source : Telediaspora.net : Dernière Mise à jour : 24/11/2012
Lu : 1471 fois
Acte 1: les sondages donnent Fillon comme gagnant avec une marge insolente.

Acte 2 : l’appareil Ump aux mains de celui qui a été déclaré gagnant fait mentir les sondages.

 Acte 3 : les fillonistes se congratulent, la bande  à Copé également, pour la même victoire. 

Acte 4 : le jury oublie de déclarer ex aequo les candidats à l’arrivée.                   

Acte 5 : Copé est déclaré vainqueur par une  Commission adhoc.                                   

Acte 6 : Fillon découvre qu’on a « oublié » de comptabiliser les voix des Domtom.

 Acte 7 :  la contestation commence et la bande à Copé dénonce elle aussi la fraude scientifique à Nice. Voilà donc en schématisé, le duel  fratricide Fillon Odinga et Jean François Kibaki qui va peut-être mettre en scène des militants gaulois avec les haches pygmées.  Une mauvaise langue du Front national y voit même pire, parlant d’une élection à l’ivoirienne. Avec qui dans le rôle de Gbagbo ?  Copé ? Non, il est trop jeune pour commencer sa carrière ainsi, surtout au moment où, -présumé innocent tout de même-, le modèle Sarko est déporté à Bordeaux  pour répondre de pratiques généralement considérées bananières donc africaines. C’est donc Fillon qui est visé ? Faut pas charrier. Même s’il est bien dans le rôle du fusible - et qu’un fusible c’est pour sauter-, même si l’ancien Premier ministre n’est pas un enfant de cœur, témoin Nice, ce n’est pas tout de même lui qui est au gouvernail de l’Ump. Ses ouailles, histoire de mettre toutes les chances de leur côté, ont tenté une révolution Copérniçoise. Ils ne savaient pas que ça allait faire pschitt, c’est tout. Et pour Copé, bien sûr il ne savait pas, lui non plus que le décompte allait faire des laissés pour compte. Surtout dans l’annexe très politiquement sensible de l’Hexagone.   Là où j’ai des problèmes, c’est avec la médiation de Juppé. Pas que je me mêle des oignons d’autrui ou que  je ne lui pardonne toujours  pas d’avoir mis le Mnla sur le piedestal en parlant des écrasantes victoires sur l’armée malienne de ce punching ball favori des islamistes. Mais parce qu’après avoir copié l’Afrique, l’Ump doit respecter la jurisprudence des votes tripatouillés. C’est Choi qu’il faut sur les bords de Seine.

Adam Thiam


Source: Lerepublicainmali




Notez cet article :
1
2
3
4
5

Note : 5/5
 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>