Formation du nouveau gouvernement Ouattara Comment Compaoré a sauvé la mise aux hommes de Soro
Source : Notre voie : Dernière Mise à jour : 25/11/2012
Lu : 2201 fois
La formation du gouvernement Ouattara N°3 n’a pas été une partie de plaisir pour le locataire du palais d’Abidjan. En effet, selon l’hebdomadaire « La lettre du Continent » datée du 22 novembre 2012, les différents clans qui constituent l’actuelle coalition au pouvoir ont joué des coudes pour avoir quelques strapontins. Il en va ainsi, de l’ex-rébellion armée regroupée autour de son chef, Guillaume Soro Kigbafori, qui faisait face à une volonté de neutralisation de la part du Pdci-Rda et de certains barons du Rdr. « Parti jugé, en privé, capricieux par le président, la formation Houphouétiste a également profité du remaniement pour tenter de neutraliser Guillaume Soro. Soutenus parcertains barons du Rdr, le Pdci ne tient pas particulièrement à voir de nouveaux ministres de l’ex-rébellion des forces nouvelles siéger au gouvernement. Mais l’actuel président de l’Assemblée nationale s’est construit une stature d’incontournable dans le jeu politique ivoirien. Selon nos sources, Soro a rappelé à Alassane Ouattara la disponibilité de ses proches à intégrer la nouvelle équipe. Pour mieux faire valoir son point de vue, l’ancien chef rebelle a discrètement demandé à son mentor, Blaise Compaoré d’exercer un amical lobbying auprès du palais d’Abidjan », écrit l’hebdomadaire parisien dans sa dernière édition. Résultat des courses, quatre ministres estampillés, forces nouvelles (ex-rébellion armée) font partie de l’équipe Duncan. Toujours selon « La Lettre du Continent », la formation du dernier cabinet a donné lieu à un intense jeu de positionnement. D’abord entre un Ahoussou-Kouadio soutenu par Bédié et le vainqueur final, Kablan Duncan. Puis ensuite, entre ce dernier, constamment récusé par le sphinx de Daoukro, et un troisième larron, le tout nouveau ministre de l’industrie, Jean-Claude Brou. « Alassane Ouattara a bien tenté un coupé-décalé en envisageant de proposer la primature à l’économiste Jean-Claude Brou sur les conseils du secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly », ajoute notre confrère. Maintenant que l’équipe est en place, chacun pourra alors apprécier le degré de soutiens des uns et des autres.
G.T. G.




Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>