Giga meeting de la Jfpi à Yopougon / Koua Justin : «Nous exigerons la libération du Président Gbagbo»
Source :  Le Temps : Dernière Mise à jour : 28/01/2013
Lu : 486 fois

Le Secrétaire national par intérim de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi), Koua Justin et le président du comité de crise des parlements et agoras de Côte d’Ivoire, Gnaoré Achille ont animé une conférence de presse, le samedi 26 janvier 2013 au Qg de Laurent Gbagbo, siège provisoire du Fpi à Cocody Riviera. Le seul point à l’ordre du jour de cette conférence, a été l’annonce de la tenue prochaine d’un giga meeting le samedi 16 février 2013 à la place Cpi de Yopougon. Après l’année 2012 qui a été catastrophique et pénible pour les militants du Fpi, Koua Justin déclare l’année 2013, comme celle de tous les défis, les dangers et de la révolution démocratique. «En 2012, nous n’avons pas pu organiser une seule manifestation publique librement, compte tenu de la frilosité des dirigeants en place qui refusent que l’opposition s’exprime. Mais cette année 2013, nous ne nous laisserons pas piétiner par ce régime fasciste», prévient le Secrétaire national par intérim de la Jfpi. L’heure d’agir a sonné en cette année 2013, annonce haut et fort Koua Justin. Il est conscient que le pouvoir Ouattara ne leur facilitera pas la tâche. Néanmoins, il invite ses militants et la jeunesse ivoirienne au combat acharné pour la libération totale de la Côte d’Ivoire. Cette libération passe inexorablement par la libération de Laurent Gbagbo par la Cour pénale internationale (Cpi). C’est dans cette optique que la Jfpi organise le samedi 16 février 2013, un giga meeting à la place Cp1 de Yopougon, en collaboration avec les parlements et agoras de Côte d’Ivoire. «Quels que soient les obstacles qui se dresseront devant nous, nous irons jusqu’à la tenue effective de ce meeting pour exiger de la Cpi, la libération définitive du président Gbagbo que tous les Ivoiriens adulent et respectent», martèle Koua Justin. «Ce jour-là, nous allons réclamer à la Cpi, la libération pure et simple du président Laurent Gbagbo. Nous appelons à la mobilisation de tous les patriotes et démocrates de Côte d’Ivoire. Il faut qu’ils viennent démontrer au monde entier que le président Gbagbo est populaire en Côte d’Ivoire», exhorte Koua. Ceux qui méritent d’être enfermés dans la prison de la Cpi, courent toujours en Côte d’Ivoire, informe le Secrétaire national par intérim de la Jfpi. Alors qu’ils ont tué, massacré, assassiné des milliers d’Ivoiriens proches du président Gbagbo, pour la cause de leur mentor, Ouattara. «Les seuls et vrais criminels de guerre, sont les ex-chefs de guerre du régime Ouattara que sont Soro Guillaume, Wattao, Chérif Ousmane, Koné Zakaria, Fofié Kouakou, Ben Laden. Ils sont entretenus et financés par Ouattara, le co-auteur direct des tueries commises en Côte d’Ivoire depuis septembre 2002», soutient Koua Justin. Cette fois, la Jfpi et la jeunesse ivoirienne ne reculeront pas. Ils tiendront bel et bien ce meeting vaille que vaille. «Aucun communiqué incongru et ambigu, aucune armée désorganisée et sauvage ne pourra nous freiner ce samedi 16 février 2013. Le peuple combattra et le président Gbagbo sera libre. Ce qui se passe à la Cpi est inadmissible. Le président Gbagbo est pris en otage par Ouattara, qui compte le maintenir encore longtemps là-bas avec la complicité des impérialistes. Nous devons dire non à ce complot et prendre nos responsabilités pour exprimer notre refus», avertit Koua. De la libération du président Gbagbo, découlera naturellement la normalisation totale du pays, analyse Koua Justin. «Tant que le président Gbagbo sera en prison, aucun dialogue ou négociation ne normalisera le pays. On discutera tout le temps en vain, tant que le président Gbagbo n’est pas libre. Le Fpi n’ira à aucune élection tant que le président Gbagbo et les autres camarades sont toujours en prison et d’autres en exil», avertit déjà le Secrétaire national de la Jfpi. Qui parlant des négociations en cours, entre son parti et le pouvoir, estime que «le Fpi ne fera pas de miracles à la place de Ouattara pour la paix». Emboitant le pas à Koua, Gnaoré Achille des parlements et agoras, a invité tous les patriotes, les démocrates et la jeunesse ivoirienne, à envahir la place Cp1, ce samedi 16 février 2013 à partir de 10h.
Fabrice Tété





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>