Affaire Blé Goudé : Dr Boga Sako Gervais aux leaders patriotiques : " Assez ! "
Source : Telediaspora.net : Dernière Mise à jour : 30/01/2013
Lu : 2383 fois

CHERS PATRIOTES ET RESISTANTS IVOIRIENS,
MES CHERS COMPATRIOTES ;

LETTRE OUVERTE.

J’ai longtemps hésité cette fois-ci avant de prendre ma plume. Mais le nouveau rebondissement dans la crise ivoirienne et la gravité du contexte qui prévaut au sein des mouvements des Patriotes et Résistants, en Côte d’Ivoire, au Ghana et surtout en Europe, exige que j’élève la voix pour dire : ASSEZ !!!
En effet, depuis le 17 janvier 2013, date à laquelle le président du Congrès Panafricain pour la Justice et l'Egalité des Peuples (COJEP), le ministre Charles BLE GOUDE, a été arrêté puis extradé du Ghana où il était en exil, vers la Côte d'Ivoire, j’observe comme tous les Ivoiriens et comme les amis de la Côte d’Ivoire, les Africains comme les Occidentaux, que le noble combat de M. Laurent GBAGBO, son idéal pour la Côte d’Ivoire et pour l’Afrique, est gravement en train d’être dévoyé par certains de ses Fils.
Partie du Ghana où la majeure partie des leaders traditionnels de la galaxie patriotique subissent l’exil à nous imposé par le régime sanguinaire et dictatorial de M. Alassane Dramane Ouattara et ses alliés du RHDP, avec leurs FRCI et dozos, la division a immédiatement gagné l’Europe, notamment le Royaume-Uni et la France. Je vois des leaders s’attaquer par médias interposés, s’accuser, s’insulter et même démissionner de leur mouvement. Des comportements infantiles et puérils qui perturbent sensiblement nos compatriotes en Côte d’Ivoire et commencent à jeter dangereusement le désarroi et la démotivation dans le combat historique que nous menons tous pour notre pays.
Alors, parce que je suis aussi victime et à la fois responsable à mon niveau de la tragédie qui s’abat sur notre Nation, je dis aux uns et aux autres : ASSEZ !!!
Je me permets de rappeler à tous et à chacun, que des milliers d’Ivoiriennes et d’Ivoiriens ont péri sous des bombes françaises ou onusiennes, sous les balles assassines des rebelles et des dozos FRCI, en provenance de Duekoué, jusqu’à à Abidjan où les massacres ont été généralisés et délibérément orientés contre ceux qu’on a qualifié de pro-Gbagbo. Ils les ont exterminés devant la résidence présidentielle à Cocody-les-Ambassades, à Yopougon, à Abobo, à Koumassi…, ainsi qu’à l’intérieur du pays, à Divo, à Gagnoa, à San-Pedro, à Tabou… Le dernier groupe à être tué en masse s’était réfugié dans le camp de Nahibly ; sans compter les enlèvements et exécutions sommaires que l’on découvre çà et là dans le pays quotidiennement.
Ils sont tous morts, parce qu’ils aimaient leur pays. Ils sont tous tombés, parce qu’ils défendaient la souveraineté et la légalité constitutionnelle de la Côte d’Ivoire incarnées par le Président de la République Laurent GBAGBO.
Alors, de grâce, par respect pour tous ces morts, ASSEZ !!!
Arrêtons de jouer avec les souffrances et douleurs de nos compatriotes !
Arrêtons de donner l’impression au monde et à l’Afrique que nous ne sommes plus capables d’aller jusqu’au bout ! Refusons d’admettre et de soutenir que M. Laurent GBAGBO est incarcéré à la CPI pour rien !
Arrêtons de nous entre-déchirer inutilement et pensons toujours à la Côte d’Ivoire que nos aïeuls nous ont léguée et que M. Laurent GBAGBO a dignement et fièrement servie après Feu le Président Félix HOUPHOUËT BOIGNY.
Car la Côte d’Ivoire, les Ivoiriennes et les Ivoiriens continuent d’espérer en NOUS TOUS, pour les libérer et leur offrir le meilleur. Or, le régime qui règne actuellement dans le pays fait plutôt reculer le bonheur chez nos compatriotes. M. OUATTARA et son régime doivent arrêter de rêver et de nous distraire : ils ne toucheront point à M. Charles BLE GOUDE ; c’est dans leur propre intérêt ! Et notre combat, contrairement à ce qu’ils pourraient penser, ne faiblira jamais, tant qu’ils continueront de traquer, d’arrêter et d’emprisonner abusivement ou d’exécuter nos concitoyens, tout en ruinant et en pillant les richesses de notre pays avec leurs amis et frères de la France et du Burkina-Faso.
Je NOUS invite donc, Ivoiriennes et Ivoiriens, à la SERENITE et à l’UNION.
Je NOUS invite donc, Frères et Sœurs de lutte, du Ghana, de l’Angleterre, de la France, comme de la Côte d’Ivoire, ainsi que tous les mouvements de la Résistance patriotique, à la Réconciliation interne et au Rassemblement.
J’invite enfin, individuellement ou collectivement, tous les Leaders de la Résistance patriotique en Europe, à se retrouver à La Haye, le 19 février 2013, pour une importante concertation, à la faveur du procès du Président Laurent GBAGBO qui s’ouvre.
NOUS AVONS LE DEVOIR DE SERVIR NOTRE NATION ET NOTRE PATRIE, ET NON DE TRAHIR LE COMBAT !
A bon entendeur…

Fait à Milan, le 29 janvier 2013

Dr BOGA SAKO GERVAIS                                                        
·Enseignant-Chercheur à l’Université de Côte d’Ivoire ;
·Membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme
de Côte d’Ivoire (CNDHCI) ;
·Président de la Fondation Ivoirienne pour
Les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP) ;
· Auteur du livre publié à L’Harmattan en 2007 : « Les Droits de l’Homme à l’épreuve :
cas de la crise ivoirienne du 19 septembre 2002 »    et de
« LA GUERRE D’ABIDJAN n’aurait jamais dû avoir lieu », avec pour sous-titre : « Et si M. Sarkozy avait trompé le monde entier sur la crise ivoirienne de 2010 ? » paru en Italie en 2012.   
En EXIL en Europe.




Notez cet article :
1
2
3
4
5

Note : 4/5
 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>